La CEEAS célèbre son culte annuel - Le jeûne fédéral à l'africaine

La CEEAS célèbre son culte annuel

Le jeûne fédéral à l'africaine

Durant le jeûne fédéral les choses se passent de façon colorée bruyante et joyeuse - avec des prières pour la Suisse et beaucoup d'entrain africain. C'est cette impression qui nous est laIssée lors d'un coup d'oeil lancé dans la salle Bienken à Oensingen en ce dimanche après-midi.

Plus de 300 personnes - les femmes tout en couleur, les hommes en complet cravate - chantent, dansent, prient et fêtent ensemble en ce 20 septembre 2015.


Rassemblement annuel de la CEEAS

C'est la fête de l'année la plus importante pour la Conférence des Eglises Evangéliques Africaines de Suisse (CEEAS). La plupart des 13 communautés qui la composent sont présentes. Cette fédération soutien et met en réseau les vies de foi des communautés africaines de Suisse. Mais "la CEEAS ne doit pas apporter l'Afrique en Suisse mais mettre en avant les points forts africains" ainsi que l'a dit à la fin de la journée, le secrétaire général, le pasteur Martin Yongo. La fédération veut apporter sa contribution à l'intégration de ses  membres dans le pays hôte et promouvoir le contact avec les églises suisses.

Mot de bienvenue d'un église suisse de la région

Il coule donc de source que ce soit le pasteur Rolf Brennwald de l'église libre d'Olten qui donne le premier mot de bienvenue. C'est sous le toit de cette église que se retrouve la communauté africaine "La main de l'Eternel". C'est aussi cette communauté qui invite les participants à un repas à la fin de la réunion et met à disposition son infrastructure toute entière pour que se tienne la fête de la CEEAS de cette année.


Le nouveau coordinateur du groupe de travail "interculturel" se présente

Le deuxième mot de bienvenue est apporté par Ricardo Serrano, le nouveau coordinateur du groupe de travail "interculturel" du Réseau évangélique suisse. Son vécu est interculturel et il se trouve ici vraiment à sa place dans sa nouvelle fonction comme latino parmi les africains. C'est certainement à cause de ces deux orateurs que le vécu interculturel a pu être, pour une participante, le moment phare de la journée.


Mettre DIEU au centre, ici et maintenant
Après presque deux heures d'une abondante et très joyeuse musique, de chants vigoureux et de prières, Shaba Nkoy, le pasteur de la communauté "La Main de l’Eternel" prend la parole.
  Cette prédication, où le pasteur Shaba Nkoy a besoin d'environ 20 minutes pour traiter chaque point, est constellée d'exemples de la vie courante et de quelques phrases en linguala. Les auditrices et les auditeurs apprécient visiblement : on applaudit, on lance des "amens" et on s'enthousiasme avec l'orateur lorsqu'il a des élans d'éloquence.


Le programme de DIEU ou le notre ?

Il a toutes les raisons voulues car il appelle les auditeurs a vraiment mettre DIEU au centre de leur vie - même si les pas à effectuer et les consignes de la part de DIEU se font attendre. Combien souvent ne sommes-nous pas tentés - que ce soit en Afrique ou en Suisse - à donner un coup de pouce et à mettre notre propre programme sur pied. Les auditeurs sont donc défiés de répondre à la question de savoir s'ils effectuent un service parce que DIEU les y a appelés ou parce que cela leur semble bon.


Echos des participants

C'est justement ce sérieux qui a été pour deux ou trois participantes de cette recherche approfondie, le moment phare de la journée. Pour certains c'est le partage, le vécu en commun qui est beau. Une personne a mentionné la chaleur de l'ambiance et un participant a apprécié avant tout que DIEU soit glorifié.

Qu'en ont retiré les participants ? Quelques contributions :
- „Nous ne voulons pas faire la chasse aux miracles.“
- „L'enthousiasme pour DIEU à l'africaine c'est merveilleux.“
- „Je ne dois pas me faire trop de soucis car ma vie n'a pas lieu qu'ici sur terre mais aussi dans les cieux.“
- „Nous devons continuer à prier pour les églises, pour le corps de CHRIST.“
- „Je veux vraiment avoir DIEU au centre de ma vie et de mon service.“

Patricia Egli, African Link / Trait d'union africain

Langues